Indications des TIP

L’épisode dépressif majeur (EDM) est l’indication historique dans laquelle la TIP a été le plus étudiée, et pour laquelle les études les plus robustes ont été publiées. Ces études portent toujours sur la TIP classique développée par Weissman, Paykel et Klerman, et jamais sur les  formes de TIP qui en sont dérivées.

Si l’indication de la TIP classique dans la dépression est aujourd’hui clairement validée et démontrée, il existe de nombreux champs d’application des TIP. Comme toute psychothérapie, l’étude de la TIP est dynamique, et de nombreux auteurs se sont intéressés à son application dans d’autres indications.

Le niveau de preuve varie: certaines de ces indications ont déjà pu montrer leur efficacité dans la littérature, d’autres font l’objet actuellement de recherches mais sont très prometteuses d’un point de vue clinique: (pour plus de détails, nous vous conseillons de parcourir l’excellente méta-analyse Interpersonal psychotherapy for mental health problems : a comprehensive meta-analysis. Cuijpers 2016).

Un article très récent (2019):

montre l’intérêt des TIP dans la dépression, les troubles anxieux, les troubles bipolaires et les troubles du comportement alimentaire.


1/ Troubles de l’humeur

  • Épisode dépressif majeur (EDM)

L’efficacité de la TIP dans cette indication est par exemple évaluée à 61.5% après 7 mois de traitement standard en TIP (1,7)

  • Traitement de maintien de l’EDM
  • Troubles bipolaires (2,3,7)
  • Dépression dans des populations spécifiques (adolescents (4,6), sujets âgés, post-partum (5), deuil pathologique)

Références bibliographiques:

  1. Long-term outcomes of acute treatment with cognitive therapy v. interpersonal psychotherapy for adult depression: follow-up of a randomized controlled trial. Lemmens; 2018
  2. Psychosocial interventions in bipolar disorder: a review. Lolich 2012.
  3. Psychosocial interventions in bipolar disorder: what, for whom, and when. Reinares 2014
  4. Efficacy and acceptability of interpersonal psychotherapy for depression in adolescents: A meta-analysis of randomized controlled trials.
  5. Pu J , 2017Psychological management of unipolar depression. Lampe 2013.
  6. Duffy, F., Sharpe, H., & Schwannauer, M. (2019, juillet 16). Review : The effectiveness of interpersonal psychotherapy for adolescents with depression – a systematic review and meta‐analysis. https://doi.org/10.1111/camh.12342
  7. Interpersonal Psychotherapy: A Scoping Review and Historical Perspective (1974-2017). Ravitz P, Watson P, Lawson A, Constantino MJ, Bernecker S, Park J, Swartz HA. Harv Rev Psychiatry. 2019 May/Jun;27(3):165-180.

2/ Troubles du comportement alimentaire

  • Binge Eating Disorder (BED) (1,2,3,5)
  • Boulimie (5)
  • Anorexie mentale (3,4,5)

Références bibliographiques:

  1. Psychological Treatments for Eating Disorders, Andrea E. Kass, 2013
  2. Psychological treatments for binge eating disorder. Lacovino, 2012.
  3. Interpersonal Psychotherapy for Eating Disorders. Murphy 2012
  4. Efficacy of three psychotherapies for anorexia nervosa: a randomized, controlled trial. Carter FA, 2011.
  5. Interpersonal Psychotherapy: A Scoping Review and Historical Perspective (1974-2017). Ravitz P, Watson P, Lawson A, Constantino MJ, Bernecker S, Park J, Swartz HA. Harv Rev Psychiatry. 2019 May/Jun;27(3):165-180.

3/ Troubles de la personnalité

  • Trouble de la personnalité borderline
  • Autres troubles de la personnalité (dépendante, évitante)

Références bibliographiques:

Bozzatello, P., & Bellino, S. (2016). Combined therapy with interpersonal psychotherapy adapted for borderline personality disorder: A two-years follow-up. Psychiatry research, 240, 151-156.


4/ Syndrome de stress post traumatique

Références bibliographiques:

1.Is Exposure Necessary? A Randomized Clinical Trial of Interpersonal Psychotherapy for PTSD. Markowitz, 2015

2.Do Acute Benefits of Interpersonal Psychotherapy for Posttraumatic Stress Disorder Endure? Markowitz , 2017


5/ Addictions

Pour l’instant, rien n’a encore été démontré au sujet des addictions. Cela tient notamment à la difficulté à mener des études en gold standard dans cette population. Toutefois, pour tous ceux qui prennent en charge des patients addicts, la composante interpersonnelle semble avoir beaucoup d’influence sur la consommation. C’est pourquoi, la TIP est très prometteuse dans les addictions, et propose des apports à l’entretien motivationnel classique (1)(2).

Références bibliographiques:

(1) Advancing interpersonal therapy for substance use disorders, Brache K. Am J Drug Alcohol Abuse. 2012 Jul;38(4):293-8

(2) Miller WR, Carroll KM. Rethinking Substance Abuse: What the Science Shows, and What We Should Do About it. New York, NY: The Guilford Press, 2006

 


6/ Troubles anxieux

  • Anxiété sociale (1,2,3)
  • Agoraphobie

Références bibliographiques:

  1. Critical review of outcome research on interpersonal psychotherapy for anxiety disorders. Markowitz 2014.
  2. Interpersonal psychotherapy for mental health problems : a comprehensive meta-analysis. Cuijpers 201
  3. Interpersonal Psychotherapy: A Scoping Review and Historical Perspective (1974-2017). Ravitz P, Watson P, Lawson A, Constantino MJ, Bernecker S, Park J, Swartz HA. Harv Rev Psychiatry. 2019 May/Jun;27(3):165-180.

7/ Troubles envahissants du développement

  • Autisme de haut niveau

 

8/ Situations particulières

Par ailleurs, la thérapie interpersonnelle est reconnue comme particulièrement efficace, voire recommandée en première intention pour certaines populations:

  1. adolescents
  2. femme enceinte
  3. dépression du post partum
  4. patients gériatriques
  5. patients ayant vécu des événements de vie graves

Actuellement, elle n’est pas recommandée chez les patients psychotiques (travaux pionniers).

felis risus. pulvinar lectus at nunc