Modèles et théories TIP

La thérapie interpersonnelle (TIP) se réfère à plusieurs modèles et théories.

On citera, principalement:

  • la théorie de l’attachement de Bowlby et Ainsworth
  • les travaux de Sullivan  sur l’influence des liens interpersonnels sur les émotions
  • les travaux de Meyer sur la relation entre les patients et leurs environnements
  • le modèle bio-psycho-social
  • les théories de la communication (Kiesler et Watkins)
  • les modèles cognitifs
  • le concept de mentalisation (Bateman et Fonagy) et la cognition sociale

 

 

I/ Idée Générale sur la TIP

.En Thérapie interpersonnelle, l’idée est que le patient déprime parce qu’il ne trouve pas dans ses relations interpersonnelles un étayage suffisamment secure, au sens de la théorie de l’attachement, pour l’aider à surmonter les difficultés, qu’elles soient interpersonnelles ou non. Grâce à Sullivan et Meyer, on sait que les interactions sociales ont un retentissement important sur la thymie des patients déprimés.

D’après la théorie de l’attachement, soit le problème d’origine est interpersonnel (insécurisation de l’environnement primaire), soit il ne l’est pas, mais a des conséquences interpersonnelles (insécurisation de l’environnement secondaire). La TIP propose que la dépression apparaît du fait de cette incapacité à pallier le problème ou les conséquences interpersonnelles. L’idée est d’aider le patient à mobiliser ses ressources pour y faire face.

Pour cela, la thérapie interpersonnelle aide le patient à recréer autour de lui des interactions sociales et des liens d’attachement secures. L’expérimentation vécue de ces liens va permettre un remodelage secondaires de ses cognitions sociales, favorisant ainsi ses capacités de mentalisation, mais surtout l’amélioration thymique du patient et la résolution de la dépression.

.

II/ Principe de la TIP

Le but est d’aider le patient à (re)créer un environnement  sécure d’un point de vue attachementiste.

Le processus thérapeutique nécessite plusieurs étapes:

  • identification du problème par le patient
  • reconnaissance par le patient des conséquences sur les relations interpersonnelles.
  • reconnaissance par le patient que certaines relations interpersonnelles pourraient l’aider à résoudre le problème causal.
  • faculté à communiquer correctement dans le contenu, la forme et l’expression des émotions.
  • comportement adapté de l’interlocuteur et securisant pour le patient.

Les travaux de Bowlby ( théorie de l’attachement), de Kiesler (communication), les modèles cognitifs de la dépression permettent de comprendre comment ce processus peut être mis en œuvre de façon thérapeutique pour les patients déprimés.

.

III/ Attachement: de la théorie aux TIP

La théorie de l’attachement joue un rôle central dans la modélisation de l’efficacité des TIP.

L’idée centrale est de rétablir la séquence comportements de signalement / comportements de rapprochement permettant l’instauration d’un univers relationnel secure. L’expérience de liens d’attachement secures est en effet le moteur du rétablissement de l’humeur dans le cadre de l’épisode dépressif majeur.

La théorie de l’attachement propose que chaque individu a un style d’attachement, qui peut être secure ou non. Ce style d’attachement détermine la façon préférentielle qu’il adoptera pour entrer en relation avec autrui. Ce style d’attachement est structurel. Pour l’instant, aucune psychothérapie n’a démontré scientifiquement qu’elle pouvait modifier le style d’attachement.

Par ailleurs, chaque individu possède, dans l’ici et le maintenant, des liens d’attachement. Ces liens d’attachement peuvent être modulables et c’est eux que le travail TIP va cherche à rendre secures.

Le message fondamental:

  • un patient ayant un style d’attachement secure a plus de chances de créer des liens d’attachement secures dans le présent. Toutefois, il peut malgré tout créer des liens d’attachement insecures.
  • un patient ayant un style d’attachement insecure a plus de chances de créer des liens d’attachement insecures dans le présent. En thérapies interpersonnelles, on cherche à compenser cette tendance afin de l’aider à créer des liens d’attachement secures même si son style d’attachement est insecure.

La thérapie interpersonnelle cherche à guérir la dépression en rétablissement dans le présent, des liens d’attachement secures.

Pour en savoir plus sur l’attachement, rendez-vous sur cette page.

 

IV/ Travaux de Sullivan

Les travaux de Sullivan amènent la psychiatrie à s’intéresser à l’étude des interactions interpersonnelles, et pas uniquement aux processus intrasychiques.

Au début du XXe siècle, l’étude des processus psychiques était largement structurée par les travaux de Freud. Ce modèle d’analyse était donc résolument intra-psychique.

Pour Sullivan, la relation interpersonnelle était guidée par la recherche d’une satisfaction. Il a donc centré toute son attention sur l’étude des relations interpersonnelles et leur influence sur le psychisme. Il a ainsi proposé aussi que l’isolement est l’une des expériences humaines les plus douloureuses.

Ses travaux ont mis les relations interpersonnelles au centre de la modélisation des pathologies psychiques. Ils sont donc fondamentaux dans la genèse de la thérapie interpersonnelle. Paykel et Klerman s’en sont largement inspirés pour jeter les bases de leur psychothérapie.

 

V/ Travaux de Meyer

L’approche de Meyer a ceci d’originale qu’elle en fait le précurseur du modèle bio-psycho-social.

Meyer propose ainsi d’apprécier l’état psychique d’un patient pas uniquement sous un angle physiologique ou psychodynamique, mais aussi selon son contexte environnemental.

Son originalité est donc d’attirer l’attention sur l’importance du contexte, notamment social, dans la genèse des troubles psychiques.

De ces travaux, on peut déduire qu’un travail visant l’amélioration du contexte social pourra rétablir l’humeur chez le patient déprimé. Ce qui est exactement ce que propose la thérapie interpersonnelle.

 

VI/ Modèle bio-psycho-social

Le modèle bio-psycho-social propose que l’état psychique d’un individu est déterminé par 3 facteurs: l’état biologique, l’état psychique et le contexte socio-environnemental.

En cela, ce modèle est dans la lignée des travaux de Sullivan et Meyer.

modele bio psycho social attachement bowlby aftip creatip sullivan meyer therapie interpersonnelle

La thérapie interpersonnelle s’attelle à améliorer le contexte social d’un individu dans le but de rétablir l’euthymie.

 

justo accumsan amet, vel, libero. risus. sem, nunc efficitur. dapibus et,